Usine du futur : A quoi ressemblera l’industrie demain ?

Lorsque l’on évoque l’avenir, les hypothèses les plus imaginatives peuvent émerger. Dans les années 90, on pensait qu’en 2000 les voitures voleraient… Dans le même temps, certaines innovations majeures n’ont même pas été envisagées, telles que la téléphonie mobile, qui a véritablement révolutionné nos modes de vie. Alors pour dresser un portrait juste de l’usine du futur, basons-nous sur les faits et parlons de l’usine de demain, celle des années 2030, sans chercher à aller plus loin.

L’usine du futur sera automatisée et hyper connectée

La transition des usines vers l’industrie 4.0 est déjà en marche : les grosses sociétés disposent déjà d’une supply chain 4.0. Les objets connectés sont par ailleurs une réalité dans les usages grand public. Ils se démocratiseront donc, comme ce fut le cas pour d’autres applications, vers le monde de l’entreprise et notamment l’industrie, qui sera, à l’avenir, hyper-connectée.

L’usine du futur sera également encore plus automatisée qu’elle ne l’est à présent. L’informatisation à l’extrême de l’outil de production rendra de facto les tâches de support à la production systématiques et plus fiables qu’elles ne le sont actuellement.

L’automatisation passera également par un recours aux robots généralisé. L’usine du futur, celle de 2030, sera hyper robotisée, avec notamment des robots collaboratifs, les cobots, qui permettront de réduire les gaspillages en production sur certaines pièces et donc de diminuer les coûts. Les exosquelettes feront également partie intégrante des équipements classiques de l’industrie, ou encore la réalité augmentée, qui assistera l’opérateur dans ses missions avec des données en temps réel.

L’usine sera dépendante des hommes pour fonctionner

On l’aura compris, l’usine du futur s’appuiera sur les robots et l’informatique pour performer. Mais n’oublions pas les hommes dans tout cela. Car si les robots seront présents, ils le seront pour assister les hommes dans leurs tâches. Les exosquelettes, la réalité augmentée ou encore les cobots, ces robots collaboratifs, véritables assistants des opérateurs industriels… Tout cela n’est rien sans des êtres humains pour les piloter, les encadrer et en tirer profit. 

On connaît la vitesse à laquelle les technologies évoluent. Ces robots nous pousseront donc à être en perpétuel apprentissage pour bien les maîtriser. Nous monterons donc en compétences grâce à eux. Les robots, au centre de l’usine, seront à la fois intéressants sur un plan purement opérationnel et sur un plan plus personnel, permettant aux employés du secteur de l’industrie de continuellement progresser, et d’envisager leurs perspectives de carrière plus sereinement.