Flux logistique : comment mettre en place une méthode DDMRP ?

Avant de se pencher sur la question de la mise en place de la méthode DDMRP, revenons rapidement sur ses fondements, qui expliquent pourquoi s’intéresser à cette méthode et ce qui la rend novatrice. La DDMRP repose sur le demand management. C’est en effet par la gestion de la demande, ou plus particulièrement par le fait de considérer la demande comme un élément clé de l’approvisionnement de la supply chain que la méthode DDMRP se distingue. On parle avec elle d’un flux logistique tiré (par la demande) quand le flux logistique était auparavant poussé (par la production). 

Vous l’aurez compris, toute entreprise qui place la demande au cœur de son action doit s’intéresser à la méthode DDMRP. Mais comment se concrétise-t-elle dans l’entreprise ? Comment la mettre en place ?

La DDMRP en pratique dans l’entreprise

Pour pouvoir adopter l’approche DDMRP dans son entreprise, la première étape consiste à mettre en place des buffers le long de la chaîne d’approvisionnement.

Concrètement, ces buffers, encore appelés stocks tampons, sont positionnés à différents endroits stratégiques de la chaîne de production.

Ils prennent en compte la fréquence d’approvisionnement, les contraintes de production et la consommation à la journée.

Une fois les buffers en place, il faudra les surveiller pour qu’ils ne descendent pas en dessous d’un niveau défini comme critique. Ceci permettra de s’assurer que le flux logistique de l’entreprise soit optimal.

Flux logistique : Les avantages de la DDMRP

De manière assez logique, la méthode DDMRP, avec ses buffers, permet de réduire le coût du stockage et d’augmenter la productivité de l’entreprise. Elle fait baisser les ruptures de production et assure une meilleure gestion du flux logistique et de la chaîne logistique dans son ensemble.

La méthode DDMRP permet in fine d’améliorer le taux de service et le ROI de l’entreprise tout entière.